Gestion intégrée des zones humides continentales de la basse Lobaye-Lesse avec la participation des populations locales et autochtones

Télécharger  gestion_zones_humides_lobaye.doc  ( 197 Ko)
Date de dépôt 20 novembre 2014
Donateur Bob Konzi Sarambo
Date de sortie 26/06/2006

Afficher toutes les versions  ]

La République centrafricaine est une zone de transition entre la forêt dense au sud et les steppes sub-sahariennes au nord-est qui compte environ 3 millions d'hectares de forêt. Elle dispose également d'un réseau hydrographique assez dense marqué par l'existence de deux bassins hydrographiques ; celle du Chari au nord et du Congo au sud. La forêt dense est drainée par le bassin du Congo formé par le fleuve Oubangui et ses affluents. Cet ensemble d'habitats naturels est soumis à diverses pressions, à savoir :

  • le taux de déforestation autour de la ville de Bangui est estimé à environ 1800 hectares/an ;
  • la fragmentation de l'habitat forestier suite à l'exploitation est de l'ordre de 5000 hectares/an.
  • l'épuisement des pêcheries, chez certaines espèces telles que Lates niloticus et Hesetus odoe, suite à des campagnes de pêche continues tout au long de l'année ; et
  • perte de biodiversité en général.

Les écosystèmes des eaux intérieures situés au sud dans le Bassin du Congo n'ont fait l'objet d'aucun programme de gestion durable à ce jour. Aussi, la région du Bas Lobaye-Lesse a été identifiée pour mettre en œuvre des actions durables en faveur de la conservation de la biodiversité du fait de sa richesse en eaux de surface et en ressources biologiques.

 Basé sur le principe universel « agir localement et penser globalement », ce projet vise à soutenir les efforts du Gouvernement centrafricain en matière de préservation de l'environnement à travers une approche de gestion participative et autocentrée impliquant les populations locales et autochtones.