HTML Document Réserves de faunes

Release date 22/06/2006
Contributor Bob Konzi-Sarambo

Les différentes réserves de faune sont  très riches et variées. Elles sont plus localisées dans l'extrême Nord-Ouest du pays.

1- La réserve de Faune de la YATA- NGAYA

Historiquement parlant, cette grande réserve de faune, située dans le Bamingui-Bangoran et la Vakaga juste à la frontière Soudanaise, fut créée en même temps que le parc André Félix en 1940 auquel elle est adjacente. Elle couvre actuellement une superficie de  4 200 km². Au plan biogéographique, elle est couverte de savanes boisées de type Soudanien comprenant Isoberbinia, Combretum, Terminalia et Bombusa. En périphérie, les plateaux s'élèvent à  1 400 m et la végétation y est plus dense. Les accès y sont difficiles et les ressources en eau relativement riches. Dans un passé relativement récent, la réserve de faune de YATA-NGAYA agit comme une sorte de zone tampon. Elle est dotée d'une faune assez riche et variée qui est analogue à celui du parc national de André Félix.

2- La réserve de Faune de l'AOUK-AOUKALE

Créée en 1940, comme une réserve de chasse nommée " la circonscription de Salamat ", elle est située à l'extrême Nord-Est du pays, dans le prolongement du parc national Manovo-Gounda-Saint-Floris, couvre une superficie de      3 300 km² . La réserve est entièrement comprise entre la rivière Bahr Kameur qui la limite au sud et la frontière du Tchad dans sa partie nord, son milieu est composé de plaines, de vastes prairies, de nombreuses mares de savanes plaines et sablonneuses, avec tendance à l'aridification pendant la saison sèche, et de quelques îlots boisés.

En ce qui concerne la faune, on y rencontre l'éléphant, l'hippopotame, l'éland de derby, le buffle, le bubale, l'hippotrague, le guib harnaché, le cobe defassa, divers céphalophes, la girafe, le lion , la hyène rayée etc. Sa situation, à l'extérieur du pays lui confère quelques caractéristiques sahéliennes, marquées par la présence d'espèces plus habituelles dans ces milieux, la gazelle ruffrons en particulier, l'Autriche y a également été observée.3- La réserve de Faune de GRIBINGUI-BAMINGUI

Lors de sa création, 1933 à 1934, elle était incluse dans le parc national de l'Oubangui-Chari. Elle fut créée comme réserve de faune en 1940, et dénommée réserve de faune de Gribingui-Bamingui avec une superficie de 4 500 km². Sa création se justifiait à l'époque par la présence d'une faune abondante et variée, comprenant entre autres le rhinocéros noir, mais aussi de fortes concentrations d'autres espèces . Aujourd'hui, les situations du milieu et de la faune ne sont pas connues du fait des difficultés d'accessibilité, la réserve est abandonnées à elle même et il est fort probable que les conditions qui ont conduit à son classement ne soient plus aujourd'hui favorables au plan de la biodiversité en particulier. Les autres caractéristiques du milieu sont semblables à celles du parc national de Bamingui-Bangoran dont la réserve est mitoyenne.

4- La réserve de Faune de KOUKOUROU- BAMINGUI

Cette réserve était comprise à l'origine dans les limites du parc national de l'Oubangui-Chari en 1933. Le 10 Décembre 1933, elle fut classée réserve de faune en 1940, avec une superficie de 1 100 km² et bordée au Nord par Bamingui, au Sud- Ouest par Koukourou et au Sud-Est par la route Mbrés-Ndélé. C'est un milieu relativement fermé, constitué de plaines légèrement ondulées , couvertes de savanes très boisées, de nombreuses forêts sèches incluant des clairières et ne comportant que peu de prairies. La faune que l'on y rencontre a comme espèces les plus représentatives : l'Eléphant, l'Éland de Derby, l'Hippopotames, le Buffle, le Guib Harnaché, divers céphalophes et de nombreux primates. Les caractéristiques du milieu sont très proche de celle de Bamingui-Bangoran et de Gribingui-Bamingui.

5. réserve de faune de NANA-BARYA

Cette Réserve, créée le 11 décembre 1953, est située dans le bassin de l'Ouham au nord-ouest du pays, sa limite nord est frontalière du Tchad et couvre une superficie de 2 300 km2. Le relief est très plat, accidenté par quelques collines, la végétation y est de type Soudaniens, constituée de savanes boisées en certains endroits; elle abrite de nombreuses mares permanentes. La faune y serait assez abondante bien que les informations la concernant soient très rares; du moins cette zone avait-elle la réputation, par le passé d'être très représentative des milieux Soudano-Guinéens; on y recensait : le cobe Defassa, le Bubale, le Guib Harnaché, l'Hippopotame, l'Eland de Derby, le Buffle, l'Eléphant, la Girafe, le Rhinocéros noir, le Lion, la Panthère et de nombreux primates.

6. La réserve de faune de OUANDJA-VAKAGA

Il s'agit de l'une des toutes premières Réserves de chasse de l'Oubangui-Chari située dans la Vakaga. Elle a été créée en 1925 ayant un statut peu clair, couvre une superficie de 4 800 km2. Elle est mitoyenne du Parc National Manovo-Gounda-Saint-Floris dans sa partie Orientale. Le réseau hydrographique, abondamment alimenté permet la présence de point d'eau permanents qui favorisent l'abondance de la faune. Le milieu est caractérisé par la prédominance de la savane boisée à Isoberlinia, développée sur un relief de plateaux. La faune est représentée par les espèces semblables à celles de la Réserve de faune de Nana-Barya. Enfin, on y a signalé également la présence de l'avifaune dans cette zone

7. La réserve de Faune de ZEMONGO

Cette zone, classée comme réserve de chasse, a été créées en 1925, fut agrandie en 1940, puis en 1975. Elle est située à l'extrême Sud - Est du territoire Centrafricain ; cette réserve est limitrophe du Soudan , elle servirait de base arrière et de zone de ravitaillement aux mouvements de rébellion du Sud- Soudan ; on s'interroge sur la situation de sa faune, qui par ailleurs est très mal connue ( éléphants, rhinocéros, éland de derby… étaient signalés dans les années soixante- dix) . I l y a de très fortes probabilités pour qu'elle ait été en grande partie décimée. Le milieu naturel est constitué par une végétation fermée : savanes très boisées à base d'Isoberlinia avec des galeries forestières difficiles d'accès ; certains secteurs ont un relief très accidenté, mais elle comporte aussi des plaines d'inondation dues aux débordements de la Vovodo et de la Goangoa.

8. La réserve de faune de Gribingui—Bamingui (4500 km2)créée en1933.

9. La réserve de faune de Dzanga-Sangha (313,900ha)  créée en1990.